Quand vous passez en revue les campagnes publicitaires avec lesquelles vous avez grandi, ou même celles des années d’or de la publicité, vous êtes fascinés par elles et en même temps vous les trouvez naïves. La simplicité d’un message qui combine une image agréable souvent celle d’une figure féminine avec le nom d’un produit et invite à l’acheter vous apparaît comme une tentative presque maladroite de capter l’attention du public. Cela dépend du fait que, en tant que « natifs de la persuasion », il est certainement plus habitué les grands-parents à reconnaître les tentatives de conditionnement et la capacité est appréciée à exercer des choix libres et autonomes. Pour ceux qui s’occupent de marketing, tout cela se traduit par la nécessité d’actualiser constamment les stratégies afin de suivre l’évolution du public cible. Cette recherche a stimulé, au fil des ans, le développement de stratégies de marketing non conventionnelles, qui vous permettent de faire passer vos messages en dehors des plateformes et des langues traditionnelles. Examinez le plus célèbre

Marketing de guérilla

Marketing de guérilla n’est pas exactement une nouveauté : il existe depuis des décennies et, si ce n’était pas le fait que le renouvellement fait partie de sa nature intrinsèque, il pourrait presque être considéré comme une tradition. Le principal attrait du marketing de guérilla à ses débuts était les coûts très abordables, avec un impact émotionnel et communicatif beaucoup plus fort que le marketing traditionnel. Rien de ce qui est vraiment efficace ne reste bon marché longtemps. Vous pouvez donc dire avec une confiance relative qu’à moins d’avoir un coup de génie vraiment révolutionnaire et une équipe prête à vous soutenir, une bonne campagne de Marketing de guérilla aujourd’hui peut coûter autant et plus qu’une stratégie conventionnelle. Cependant, il est toujours avantageux de s’appuyer sur cette technique, car les résultats qu’elle apporte, si elle est intelligemment mise en œuvre, sont toujours parmi les plus élevés de l’industrie. L’idée principale de la guérilla marketing est d’éviter les plateformes standard telles que les panneaux d’affichage, les prospectus et les spots multimédia, de faire apparaître la promotion de la marque dans des espaces inhabituels, que le public vit au quotidien. Cela ne signifie pas que mettre Le terme marketing non conventionnel fait référence à une approche différente de la communication publicitaire, basée principalement sur la surprise et l’émerveillement. Le but d’une stratégie marketing non conventionnelle est de frapper l’utilisateur, d’attirer son attention par un acte de communication capable de briser les modèles de l’ordinaire, de créer l’étonnement. Un autocollant avec votre marque à l’intérieur d’un wagon de métro ou sur un poteau de feu de circulation fera du bien : pour fonctionner, le marketing de guérilla doit être créatif et affecter les espaces d’une manière pertinente, efficace et inhabituelle. Une bonne campagne de guérilla marketing prend en compte les références de la culture populaire et les créneaux qu’elle aborde, et surtout elle vise à impliquer les communautés qui accèdent normalement à un certain espace. Dans ces vidéos, vous pouvez voir deux idées différentes de la Marketing de guérilla et il est facile de voir qu’en aucun cas ces choix ne sont strictement économiques. Dans le premier cas, une marque active toute une équipe de personnes, avec des camions de pompiers et des chevaux blancs, pour surprendre un client qui a effectué un test de rue et réaliser une vidéo émotionnelle. Dans le second cas, les marques concernées ont simplement dépensé des sommes considérables pour pouvoir agrandir l’espace occupé par leurs affiches, logos ou éléments de marque.

Flash mob

Le flash mob est un type de marketing événementiel dans lequel un groupe de personnes se rassemble dans un lieu public et s’engage dans une certaine activité à l’unisson pour surprendre ou choquer les spectateurs. Comme beaucoup de stratégies de marketing, le flash mob n’est pas né dans un but promotionnel, mais comme une forme de protestation sociale ou une satire de la coutume. Certaines « flash mobs » sont entrées dans l’histoire, comme les « guerres d’oreillers », également connues sous le nom de « clubs de combat d’oreillers », généralement liées à des initiatives sociales, ou les « danseurs de rue » qui dansaient sur les notes de musique jouées dans le métro de Londres, pour la promotion de la marque T-Mobile. L’impact émotionnel est également au cœur de l’efficacité de la stratégie : le fait que les participants soient habillés comme des passants ordinaires et donc « surprenants » lorsqu’ils se mettent à danser, donne aux spectateurs l’idée de faire partie de quelque chose de spécial, d’être au centre de l’action. Le public qui peut regarder un flash mob est limité, mais un impact similaire peut être transmis au spectateur. Dans ce cas, le message sera moins fort, mais il touchera un public beaucoup plus large.