Quiconque est impliqué dans la création de sites web sait bien qu’il faut faire en sorte que les portails créés soient capables de capter l’attention des visiteurs. C’est une tâche qui, dans un monde plein de stimuli véhiculés par le web, est loin d’être évidente.

Comme vous pouvez l’imaginer, il y a des raisons et des éléments qui amènent les gens à faire un achat ou une action commerciale au sein de votre site. De même, vous savez aussi que la première impression est celle qui compte et que, en deux ou trois secondes, les visiteurs décident s’ils veulent ou non passer plus de temps sur votre site. C’est à partir de là qu’intervient le neuromarketing. En effet, ce dernier correspond à une discipline de recherche qui consiste à la combinaison de la neuroéconomie et du comportement de marché.

Qu’est-ce que le neuromarketing ?

Le neuromarketing est une discipline issue de la neuroscience, étudiant les processus qui influencent les décisions humaines. Dans le cadre du neuromarketing, vous pouvez recourir à des véritables tests cognitifs capables de mettre en évidence les facteurs qui influencent la structure cognitive des personnes lorsqu’elles choisissent entre un ensemble d’options. Le neuromarketing se présente ainsi comme une voie intermédiaire entre le marketing et les neurosciences, car il permet d’appliquer les principes de l’étude du comportement de l’esprit humain face à des phénomènes de nature diverse. Cette prise de conscience permet de comprendre comment exploiter les émotions pour produire des effets positifs à des fins de conversion. Le neuromarketing permet alors de prévoir, dans certaines limites, le comportement des visiteurs du site web et d’agir en conséquence pour augmenter les chances de les convertir en utilisateurs fidèles.

À cette fin, l’usage des moyens technologiques, tel que l’électroencéphalogramme, est nécessaire obtenir des données fiables sur le comportement et les réactions des personnes.

Comment étudier les réactions du public pour améliorer l’efficacité du site web ?

Les décisions des utilisateurs sont influencées par une multitude de facteurs qui peuvent valider (ou non) leurs raisonnements. Les témoignages célèbres qui attirent l’attention en sont un exemple. Pour profiter de cet effet avantageux, vous pouvez inclure des références de clients qui ont utilisé vos produits et demandé vos services, sous forme de diapositives ou de photos avec des déclarations de ces références qui peuvent inciter vos clients à vous contacter. C’est le principe de la preuve sociale. En effet, ce principe stipule que les individus sont obligés à se conformer au comportement des autres lorsqu’ils se trouvent en manque d’information. Autrement dites, les personnes qui ne disposent pas assez de renseignements ont tendance à se baser sur les choix que les autres ont déjà faits, tout en supposant qu’il s’agisse de décisions correctes. Pour renforcer cet effet, il est conseillé d’appliquer des photographies en raison du fait que les reproductions visuelles des personnes agissent bien mieux que le texte aseptisé seul comme source de confiance. Vous pouvez introduire une zone d’apparitions possibles dans des magazines, des émissions ou dans des sites partenaires pour que les visiteurs puissent avoir une idée de la valeur de vos projets.

Étant une science, compte tenu de tous ses aspects épistémologiques, le neuromarketing peut ainsi vous aider dans les choix en termes de Web design et de SEO. Ce qui vous permettra de générer des réactions en jet grâce à la persuasion transmise.

L’influence du neuromarketing sur la création de sites web

Le neuromarketing vous aide à comprendre comment un site web pourrait plaire aux visiteurs et à travers quels stimuli. Il octroie également la possibilité d’une compréhension des choix disponibles, tout en distinguant les plus attrayants pour un utilisateur. Ainsi, vous pouvez par exemple émettre l’hypothèse que l’utilisation d’images de personnes visibles au visage peut attirer l’attention sur le contenu de la page, en raison du lien émotionnel que l’être humain ressent lorsqu’il est placé devant les expressions du visage d’un autre être humain.