Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si je vous dis Orange et Bic vous pensez à quoi?

...

Euh, non... Je ne parlais pas de l'horrible rasoir jetable en plastique orange qui rouille à votre grand désespoir mesdames depuis 8 mois sur le bord du lavabo (car 'jetable' ne veut malheureusement pas dire qu'il a des petites pattes et qu'il se jette tout seul dans la poubelle - bien qu'elle soit à environ 20cm à vol d'oiseau. C'est fou, je sais mais la technologie a ses limites).

Aujourd'hui, cette vision d'apocalyse monopolise encore tout votre cerveau, mais rassurez-vous d'ici quelques mois, vous penserez à un tout autre objet. Le BicPhone.

Ouh la mais qu'est-ce donc? Un téléphone en forme de rasoir (la honte)? Un rasoir avec une antenne (mais pourquoi donc)? Que nenni : c'est le premier téléphone mobile perdable lancé cet été en co-branding par Orange et Bic. Vous remarquerez qu'on ne dit pas "le premier téléphone jetable". Car on ne jette pas un téléphone. Vous le savez tout aussi bien que moi. Cherchez dans la boite à chaussures. Si, si. Celle tout en bas de l'étagère, dans laquelle vous conservez religieusement votre premier Nokia 3210 depuis environ 12 ans. Ah, vous voyez bien.

Ce nouveau jouet aura pour vocation de venir combler certaines niches, véritables foyers de croissance et exprimant de réels besoins (les fameux insight consos) auxquels l'offre actuelle n'aurait pas encore pu/voulu répondre. Face à cette affirmation quelque peu abrupte, la preuve par l'exemple, mais plus tard. Je vous explique d'abord le concept.

Surfant sur les tendances du tout libre service, ce BicPhone est prêt à l'emploi : pour la modique somme de 49,00€ TTC vous acheterez un petit-téléphone-coloré-qu'on-dirait-un-babyphone, avec numéro pré-défini, carte SIM, batterie chargée, un kit mains-libres et 60 minutes de communication. Relais, tabacs, papeteries, GD : il sera vendu partout. Achetez, consommez (et rechargez si besoin avec une carte). A ce prix-là, vous ne lui en voudrez pas, il ne fait ni réveil, ni grille-pain, ni lecteur mp3, ni appareil photo. Il fait juste téléphone d'appoint, de dépannage, d'urgence, de vacances. Il permettra à l'opérateur d'élargir sa cible aux personnes âgées un peu perdues avec la complexité des opérateurs, des offres, des contrats, des forfaits et des téléphones trop compliqués. Mais également aux parents qui veulent un objet simple et pratique pour leur enfant. Ou encore aux expatriés de passage. Ou bien aux personnes louant ou vendant un appartement et ne souhaitant pas recevoir quarante messages par jour pendant deux ans. Cible multi-niche, comme je le disais. Des occasions inimaginées se créeront certainement même sur le tas.

Bref, c'est un retour aux sources : un téléphone pour téléphoner, tout simplement. Et en cette période de récession, de contraction du pouvoir d'achat, mais également de lancement overmédiatique de l'iPhone, cette nouvelle offre tombe à pic : trading up, trading down, hein? Le BicPhone vient briser la surenchère de technologie.

Espérons que ce lancement soit un succès (l'offre actuelle étant déjà saturée, et le consommateur inondé) et qu'il fasse oublie l'échec de la mythique tentative de diversification de Bic dans le parfum, il y a quelques années...

Tag(s) : #Innovation

Partager cet article